Contribution Individuelle

Réf. 0039

incinérateur

GRACE

Solo -

8 juillet 2024

Alors que le smictom précisait dans son rapport 2020 que, tant que l’on ne réduirait pas la quantité de déchets, les coûts d’enlèvement continueraient d’augmenter et les rapports annuels montrent, depuis plusieurs années qu’ils augmentent plus rapidement que l’inflation. Ne serait-il pas temps de chercher en priorité la réduction drastique des déchets. Selon une étude commandée par le smictom du chinonais, près de 75 % des déchets de la poubelle noire ne devraient pas y être et devraient avoir été évités et triés. Si le smictom se donnait les moyens d’une politique efficace de réduction des déchets, les matières fermentescibles compostables, la tarification incitative (des collectivités audacieuses et exemplaires sont parvenues à réduire la quantité de déchets de la poubelle noire), créer des ressourceries, des matériauthèques dans les déchetteries…..il n ‘y aurait évidemment pas de nécessité à construire un ou plusieurs incinérateurs, sachant que le coût
pharamineux endettera les générations futures, qu’ils sont émetteurs de dioxines chlorées et bromées, des furanes et dorénavant des PFAS (polluants éternels) que l’on ne sait que faire des cendres, refiom, hyper toxiques.
Ces cocktails extrêmement toxiques et dangereux sont néfastes à notre santé et à notre environnement, c”est pourquoi les incinérateurs sont soumis à la taxe générale sur les activités polluantes.
D’autre part, vouloir implanter un incinérateur à proximité immédiate d’un hôpital relève de l’aberration tant pour la santé du personnel de l’hôpital, de la clinique et de la maison de retraite et des patients.

Laisser un commentaire

Agenda