Contribution Individuelle

Réf. 0042

Avoir une réelle ambition de diminution des déchets et qualibrer en conséquence une seule UVE en Indre-et-Loire

Françoise

BAUDIN -

8 juillet 2024

L’objectif de réduction d’ici 2030 de 16 % des quantités déchets produits dans notre territoire est peu ambitieux.
Déjà, le SMICTOM dans son bilan 2023 affiche-t’il une réduction de l’ordre de 6,5 % des ordures ménagères résiduelles (O.M.R.) en une année.
Les habitants, dans les tris qu’ils ont opéré pour alléger leurs sacs noirs et remplir les sacs jaunes, font la démonstration qu’ils sont préoccupés par la question des déchets et prêts à agir, bien plus que ne l’imaginent les élus et les représentants institutionnels.
Cette question de diminution des déchets est importante pour le calibrage des UVE projetées en Indre-et-Loire ; à ce jour, une UVE de 100 000 t. dans l’agglomération tourangelle et une UVE de 40 000 tonnes dans le Chinonais.
Deux UVE sont elles vraiment nécessaires ?
Alors que Touraine propre a prévu la réduction des déchets à long terme de l’agglomération tourangelle en passant d’un projet d’UVE de 160 000 t. à une de 100 000 t., le sud tourangeau ne prend aucunement en compte cette diminution qui se produit pourtant déjà.
Une UVE coûtera cher pour la collectivité et donc pour les habitants : 60 millions€ prévus pour celle du Chinonais, sans compter l’investissement nécessaire pour les réseaux de chaleur évoqués.
Pourquoi ne pas prendre sérieusement en compte la réduction des déchets déjà engagée dans le sud tourangeau et ne pas prévoir qu’une seule UVE en Indre-et-Loire, de capacité correctement évaluée – 120 000 t. par exemple – ?
Les coûts supportés par les habitants pour le traitement des déchets seraient ainsi singulièrement allégés.

Laisser un commentaire

Agenda